Skip to content. | Skip to navigation

Navigation

Creative Criticism: Interview with Sophie Rabau

Sophie Rabau is an instructor and researcher at Sorbonne Nouvelle University (Paris 3). In her work, she endeavours to apply critical invention, or ‘creative criticism’.

To begin with, what is creative criticism?

It’s a term I use to designate a cluster of critical attitudes from different contexts. In France we also have the ‘theory of possible texts’ and ‘detective criticism’; the English-speaking world has invented the term ‘wreading’, a portmanteau of ‘writing’ and ‘reading’. Anna Gibbs proposes ‘fictocriticism’. Thus there are a number of ways of reading that I group under this term, but it’s that’s just my personal view. Occasionally I prefer to use a term such as ‘rhetorical culture’ or ‘theoretical invention’.

What all of these designations have in common is that the reader experiences a potential writing; the reader takes on a posture of writing. That does not mean the reader necessarily begins to write, but she reads by putting herself in the place of the author; that is, by being a potential writer herself as she reads. We might also say there is a kind of writing in which you don’t stop being a reader – I don’t, in any case, when I propose variations on a text.

Why creative criticism? Does it have a political or a militant aspect?

Not originally, no. On the contrary; I came to this point via the lectures of Michel Charles and his theory of possible texts. Charles himself was a follower of post-structuralism, of theorists and poeticists who took a rather non-engagé, textualist position – although Barthes had his periods of engagement. In any case, that position was not stated as something that could be political at all; it was more playful; ‘non-serious’ if you will. Nonetheless, that way of reading required that we adopt a critical position of rejecting authority: the authority of the text and of a reading to be validated by the context. As a result, we challenged the workings of the discipline, the institution and the hierarchy. Others, such as Anna Gibbs for example, take a militant, feminist position, saying, ‘I am going to intervene in the text as a feminist.’ For my part, I realized at a third stage that, yes, it was political, because it raised the issue of domination: the academic practice of reading, in commentary in particular, was always undertaken in the name of a globalizing reading of alleged majoritarian phenomena in the text. Commentaries of this type take no notice of a reader who might read the text from a minority or local pint of view. Furthermore, it goes without saying that there is a political gain to be made within the institution by questioning the possibility of ‘validating’ a reading, or the idea that there is a correct reading.

Does that mean reading can be a model of political action?

Yes, theoretically. That is one of the things I am thinking about: does this way of reading allow us to think of actions in which we would be more effective? This thinking takes place in a context in which, in France at least, those who disagree with the government’s policies often find themselves in a situation of powerlessness. To me, then, this experience of reading is really an experience of empowerment in which I take back the text to fight against authority, and especially against what they tell me is necessary and invariable. So to what extent can we transpose that to make a different model: that’s what I am thinking about at present. In any case, that’s where I feel there are battles I can fight. 

On that point, could you mention a few creative reading experiments you have done?

A first example: in 2009, we went to give a public reading of The Princesse de Clèves in front of the Panthéon after Nicolas Sarkozy’s remarks [on the uselessness of studying The Princesse de Clèves – ed.]. Which didn’t help, I think, because we hadn’t questioned our mode of reading: we were only reproducing a submission; in a way, we were demonstrating our submission. And besides, it was completely ineffectual.

On the occasion of the demonstration against gay marriage, on the other hand, I wrote articles in which I took up some texts that are considered canonical among Catholics, particularly Catholic fundamentalists, and I postulated a homosexual reader of these texts. I pretended he was the one reading these texts. In this way I showed that the Catholics did not own these texts, and that they were powerless, because a gay person for example could read them differently. In other words, I dissolved their canon. I’ve done a bit of that with the Bible and the Quran, too ...[1]

More recently, I used theatrical means to show that there is never just one ending to a story. There are always several simultaneous possibilities: the spatial nature of theatre allows us to visualize that. The goal was to refute the argument of necessity, especially in politics, to refute statements of the kind ‘this is necessary; we cannot do otherwise’, which are problematic. My contribution was to say: ‘Let us learn to read differently; necessity is never more than an impression produced by a certain mode of reading, but there are others. And if we learn to read differently, we may reach a different conclusion.’

 

Further reading:

For an overview of interventionist or creative criticism (call it whatever you like!), see: Marc Escola (ed.), Théorie des textes possibles (Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature française [C.R.I.N.] vol. 57), Amsterdam and New York 2012: Rodopi.

The two links below are to lists of theoretical and critical works, with further links to many excerpts:

http://www.fabula.org/atelier.php?Petit_organon_pour_une_theorie_des_textes_possibles

http://www.fabula.org/atelier.php?Textes_possibles

 

Translated by Marcel Saché

 

***

La critique créative : Entretien avec Sophie Rabau

Sophie Rabau est enseignante-chercheuse à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Dans son travail, elle essaie de mettre en œuvre une invention critique ou la « critique créative ».

Pour commencer : qu’est-ce que la critique créative ?

C’est un terme que j‘emploie pour désigner une nébuleuse d’attitudes critiques qui viennent d’horizons différents. En France, on parle aussi de « théorie des textes possibles » ou de « critique policière ». Les anglo-saxons ont inventé le terme de « wreading », qui est une contraction de « writing » et « reading ». Anna Gibbs parle de « fictocriticism ». Il y a donc une série de manières de lire que je réunis sous ce terme, mais c’est vraiment personnel. Il m’arrive aussi d’employer les termes de « culture rhétorique » ou « d’invention théorique ».

Le point commun à toutes ces désignations, c’est que le lecteur y fait l’expérience d’une écriture en puissance, qu’il adopte une posture d’écriture. Cela ne veut pas dire qu’il passe forcément à l’écriture, mais qu’il lit en tant qu’il est auteur, c’est-à-dire en tant qu’il se met à la place de l’auteur, en tant que lui-même est susceptible d’écrire au moment où il lit. On pourrait aussi parler d’une écriture où l’on ne cesse pas d’être un lecteur – et c’est en tout cas mon cas, quand je propose des variations sur un texte. 

Pourquoi la critique créative ? Y a-t-il- là une dimension politique, militante ?

À l’origine pas du tout. Au contraire, dans mon parcours, cela vient des cours et de la théorie des textes possibles de Michel Charles, qui était lui-même un épigone du post-structuralisme, donc de théoriciens, de poéticiens qui prenaient plutôt une pose désengagée, textualiste -- bien que Barthes ait eu des périodes d’engagement. En tout cas, ce n’était pas du tout posé comme quelque chose qui puisse être politique, la posture était plus ludique, « non-sérieuse » si l’on veut. Néanmoins, cette manière de lire nous faisait adopter une position critique de refus de l’autorité du texte et d’une lecture vérifiable par le contexte. Par conséquent, nous remettions en question le fonctionnement de la discipline, de l’institution et de la hiérarchie. Dans d’autres cas, par exemple chez Anna Gibbs, il y a un positionnement militant, féministe qui consiste à dire : « je vais intervenir comme féministe dans le texte ». En ce qui me concerne, je me suis rendue compte dans un troisième temps, que oui, c’était politique, car cela posait la question de la domination : la pratique de la lecture universitaire, notamment dans le commentaire, se faisait toujours au nom  d’une lecture globalisante, de phénomènes réputés majoritaires dans le texte. Un lecteur qui lirait le texte d’un point de vue minoritaire ou local n’est pas pris en compte dans ce type de commentaires. En outre, il va de soi qu’il y a un enjeu politique dans l’institution à interroger la possibilité de « vérifier » une lecture ou l’idée qu’il existe une bonne lecture.

Est-ce que cela veut dire que la lecture peut être un modèle d’action politique ?

Oui, en théorie. C’est là un des objets de ma réflexion : est-ce que cette manière de lire peut permettre de penser des actions où l’on serait plus efficace ? Cette réflexion s’inscrit dans un contexte où, en tout cas en France, ceux qui ne sont pas d’accord avec les politiques du gouvernement se trouvent souvent en situation d’impuissance. Or pour moi, cette expérience de la lecture est vraiment une expérience d’empowerment, où je me réempare du texte pour lutter contre l’autorité et surtout contre ce que l’on me présente comme nécessaire et invariable. Alors, dans quelle mesure on peut transposer cela pour en faire un autre modèle, j’en suis là de mes réflexions. Mais en tout cas c’est là que j’ai l’impression que je peux mener des batailles.

 

Justement, pouvez-vous évoquer quelques expériences de lecture créative que vous auriez faites ?

Un premier exemple : en 2009, on est allés faire une lecture publique de la Princesse de Clèves devant le Panthéon, suite aux propos de Nicolas Sarkozy [sur l’inutilité d’étudier La Princesse de Clèves, ndlr]. Ce qui, je pense, n’a servi à rien, car on n’avait pas interrogé notre mode de lecture : on reproduisait une soumission, on montrait notre soumission en quelque sorte. Et en plus, cela n’a eu aucune efficacité.

En revanche, à l’occasion de la « Manif pour tous » contre le mariage homosexuel, j’ai fait des articles où je reprenais des textes réputés faire partie du canon des catholique, notamment des catholique intégristes, et j’ai supposé à ces textes un lecteur homosexuel. J’ai fait comme si c’était lui qui lisait ces textes. Ainsi, j’ai montré que ces textes ne leur appartenaient pas et qu’ils étaient impuissants, parce quelqu’un de gay par exemple pouvait les lire autrement. C’est-à-dire que je défaisais leur canon. Je l’ai même un peu fait avec la Bible et le Coran...[2]

Plus récemment, je me suis servie de dispositifs théâtraux pour montrer qu’il n’y a jamais une seule issue dans un récit. Il y a toujours plusieurs possibilités à la fois, la spatialité du théâtre permet de visualiser cela. Il s’agissait d’aller contre l’argument de la nécessité, en particulier en politique, contre des énoncés comme « c’est nécessaire, on ne peut pas faire autrement », qui sont problématiques. Mon effort consistait à dire : « apprenons à lire autrement, la nécessité ce n’est jamais qu’une impression liée à un mode de lecture, mais il y en a d’autres. Et si on apprend à lire autrement, on pourra arriver à autre chose ».

 

Pour aller plus loin :

Pour une vision d’ensemble de la critique interventionniste ou créative (appelez-la comme vous voudrez !), voir : ESCOLA, M., « Théorie des textes possibles », C.R.I.N : Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature française, vol. 57, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012.

Les deux liens suivants référencent des ouvrages théoriques et critiques et donnent accès à de nombreux extraits :

http://www.fabula.org/atelier.php?Petit_organon_pour_une_theorie_des_textes_possibles

http://www.fabula.org/atelier.php?Textes_possibles

 


[1] ‘Verily, the Scriptures point the way to healthy, flourishing same-sex parenting, and the Gospel encourages the use of surrogate mothers’: see the articles in the ‘Sabotage littéraire’ series in the review Vacarme: http://www.vacarme.org/article2800.html.

[2] « Oui, vraiment, les livres saints ouvrent la voie à une homoparentalité saine et épanouie et l’évangile encourage le recours à une mère porteuse » : Voir les articles de la série « Sabotage littéraire » dans la revue Vacarme : http://www.vacarme.org/article2800.html

Léa Cassagnau

Léa Cassagnau was born in 1996. She is studying for a master's degree in comparative literary studies at University Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Léa Cassagnau est née en 1996. Elle est étudiante en master de littérature comparée à l'Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle.

Léa Cassagnau was born in 1996. She is studying for a master's degree in comparative literary studies at University Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Léa Cassagnau est née en 1996. Elle est étudiante en master de littérature comparée à l'Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle.

All entries by Léa Cassagnau
Wednesday We 02 2 May May 05 5 18 2018 May May 05 5 Wednesday We 02 2 18 2018 10 10 10 10 00 h AM